Ensemble Contrechamps

Benoît Willmann

Direction

Benoît Willmann étudie la direction d’orchestre dès 1999, parallèlement à son activité d’instrumentiste (clarinettiste à l’Orchestre de la Suisse Romande), et obtient, en 2003, son diplôme au Conservatoire supérieur de Genève.
En 2001, il se voit confier la direction artistique de l’ensemble Sinfonietta de Genève, avec lequel il développe jusqu’à aujourd’hui un grand nombre d’activités à travers une quinzaine de concerts par an et des tournées (Italie et France).
En 2003, puis 2005, il prépare pour Stephan Asbury les orchestres réunis des conservatoires de Genève, Zurich et Winterthur pour Le Sacre du printemps d’Igor Stravinski, vers une symphonie fleuve IV de Wolfgang Rihm et la Turangalîla-Symphonie d’Olivier Messiaen.
Concert pour la ville de Genève avec l’Ensemble Contrechamps en 2004. En 2005, début dans le répertoire lyrique, avec l’Orchestre du Rhône pour l’opéra de Rossini L’Inganno Felice.
En septembre de la même année, il dirige la création du spectacle du Quintette du Rhône, Gaillouf, à l’Usine de Fully.
Benoît Willmann collabore régulièrement avec le Conservatoire supérieur et Académie de musique Tibor-Varga et l’Orchestre du Conservatoire supérieur de musique de Genève qu’il dirige depuis 2004 pour les travaux d’orchestrations (classe de Nicolas Bacri), de compositions (classe de Michael Jarrel) et pour l’accompagnement des diplômes de solistes.
Dans le cadre des cérémonies à la mémoire du chef d’orchestre Armin Jordan, en 2007 et 2008 au Grand Théâtre de Genève, il est demandé par ses collègues de l’OSR pour diriger Siegfried Idyll de Wagner, les Métamorphoses de Richard Strauss et l’Octuor de Stravinski.
En 2008, il crée la Camerata Armin Jordan, ensemble composé essentiellement de membres de l’OSR, dont il assure la direction musicale. En décembre 2008, début avec l’Orchestre symphonique de Bienne. En mai 2009, il inaugure l’année de la France au Brésil avec l’Orquestra sinfônica da Bahia. Pour 2009-2010, projets de concerts avec le comédien Alain Carré, concerts au Brésil et en République Tchèque.




© Carole Parodi